Vous lisez
Accoucher par le siège

Accoucher par le siège

accouchement par le siege

Accoucher par le siège caractérise environ moins de 5 % des accouchements le jour J. C’est un type d’accouchement qui est particulièrement redouté par les femmes enceintes mais pour autant, il est aujourd’hui maîtrisé parfaitement par le corps médical Français.

L’accoucher par le siège : définition

Accoucher par le siège se dit d’un accouchement dans lequel l’enfant se présente par le siège.

En clair, lors d’un accouchement par le siège, bébé ne s’est donc pas retourné et n’a donc pas la tête en bas.

Lors du troisième trimestre de la grossesse, en général, bébé se retourne pour se préparer pour le jour J.

On parle de deux types de position de siège : siège décomplété et complet. Dans le premier cas, bébé est plié en deux, les pieds proches de la tête.

Dans le second cas, bébé est assis en tailleur, les pieds sont au niveau du fessier.

L’accoucher par le siège : plusieurs causes possibles

Accoucher par le siège et donc le fait que votre bébé se présente par les fesses correspond à plusieurs cas de figure.

Trop ou peu de liquide amniotique, un travail qui a débuté avant la 37ème semaine de grossesse, des questions de taille au niveau du cordon ombilical ou de l’utérus, la présence de deux foetus ou plus, une anomalie physique du fœtus ou au niveau de la forme de l’utérus, autant de raisons qui peuvent expliquer la possibilité d’un accouchement par le siège.

En pratique

Accoucher par le siège n’est pas forcément une volonté de la part des médecins. Dès lors qu’au huitième mois, on repère que bébé ne s’est pas retourné, on va alors favoriser ce retournement.

C’est la fameuse technique de la manœuvre externe qui consiste, à l’hôpital, à placer une main sous les fesses du bébé et de le faire tourner sur son axe.

Une technique qui ne marche pas à tous les coups et comporte un risque. C’est aussi un geste qui peut être douloureux pour la maman.

Certaines mamans ont aussi recours au préalable et pour s’éviter un accouchement par le siège à des techniques plus douces comme l’acupuncture, l’ostéopathie ou des positions sensées provoquer le retournement de bébé (à genoux et en prenant appui sur les mains, flexion du corps vers l’avant).

Malheureusement, là encore, toutes ces techniques n’engendrent pas forcément un succès total ! Dès lors, l’accouchement par le siège est inévitable.

Accoucher par le siège : deux possibilités

Accoucher par le siège peut se faire par voie basse ou par césarienne. En fonction de la taille du bébé, de la position de sa tête et de la taille du bassin de la maman, il est possible de procéder à un accouchement par le siège par voie basse.

A lire aussi
accouchement sous hypnose hyponaissance

Accoucher par le siège par voie basse.

Une épisiotomie de prévention est alors effectuée par la sage femme. L’accouchement par le siège par voie basse dure plus longtemps qu’un accouchement par voies naturellesl.

La péridurale est vivement recommandée.

L’usage des forceps peut également être de mise lors d’un accouchement par le siège par voie basse.

Accoucher par le siège sous césarienne

Accoucher par le siège peut également se faire sous césarienne dès lors que bébé pèse plus de 3,5 kilos ou que votre bassin est trop petit.

La césarienne aura lieu entre la 38ème semaine de grossesse et la 39ème semaine de grossesse. Avec une césarienne, le temps de convalescence est bien sûr plus long.

Dans les deux cas d’accouchements par le siège, l’obstétricien, la sage femme, l’anesthésiste et le pédiatre sont tous les 4 présents.

Et après avoir accoucher ?

Outre la récupération parfois un peu plus longue, les suites d’un accouchement par le siège concernent le bébé. Si celui-ci présente un torticolis, il sera corrigé par des séances de kinésithérapie. S’il a des hématomes ou œdèmes, rassurez-vous, ceux-ci disparaîtront d’eux-mêmes rapidement.

© Enceinte.com le site des futures mamans.