RÉCITS D'ACCOUCHEMENT

Posez toutes vos questions au sujet de l’accouchement ou tout simplement annoncez la naissance de votre bébé
Répondre
MC79
Fraise de bronze
Fraise de bronze
Messages : 2174
Enregistré le : 04 oct. 2011, 12:40
Localisation : sud 79
Contact :

Salut!

Enceinte, j'ai dévoré des dizaines et des dizaines de récits d'accouchement. Je me permets donc aujourd'hui, de vous faire partager mes expériences. Pour les anxieuses, sautez le premier! :wink:
Chaque accouchement m'a construite et m'a fait avancer dans ma vie de femme pour m'amener au suivant. Voici donc les 3 moments importants de ma vie!
Bonne lecture :bisou:
Image
MC79
Fraise de bronze
Fraise de bronze
Messages : 2174
Enregistré le : 04 oct. 2011, 12:40
Localisation : sud 79
Contact :

2012
Pour Lilou, il y a eu une mésentente entre les spécialistes de la santé dès le départ sur la date prévue d’accouchement. Mon médecin s’est basé sur la date donnée par l’échographie: 4 septembre. La sage femme et le gynéco de l’hopital sont partis sur la date des dernières règles: 11 septembre.
Perso, j’ai suivi mon médecin, ça m’a semblé plus réfléchi (car plein de femmes n’ovulent pas au 14ème jours et n’ont pas des cycles de 28 jours!).
Donc, le 4 septembre, je me pointe à la maternité, grosse comme une vache: 20 kilos de pris! La sage femme m’accueille, me dit « vous n’êtes pas à terme, vous devrez revenir la semaine prochaine » (nnnoooonnnnn, j’en ai maaaarrrrre), m’allonge sur une table d’examen après m’avoir fait uriner dans un petit pot, me branche l’appareil qui prend la tension et emmène mon superbe échantillon d’urine à l’analyse!
Donc, dans la salle avec Chéri, on papote. Là, l’appareil affiche ma tension. Je me retourne vers Chéri et lui dis: c’est pas normal ça! En effet, 17/11 ou un truc du genre! Je sais pas grand chose de la grossesse mais je sais une chose: la tension est plus basse qu’à l’ordinaire.
En effet, la dame revient, voit le résultat, m’allonge sur le côté gauche et remet la machine pour me reprendre la tension toutes les 2 minutes pendant un quart d’heure. Score le plus bas: 15/9!
Elle revient avec les résultats de l’urine: « Ah mademoiselle, les résultats ne sont pas bons, vous avez une protéïnurie (???) et une tension un peu haute (non tu crois?), avez vous des oedèmes? » Euh oui un peu. « Alors on va sans doute vous déclencher »
Resortie de salle: « Vous allez rentrée chez vous, je pense, je vois avec la gynéco de garde »
Resortie: « On va vous déclencher, la gynéco va venir vous voir »
Resortie: « Vous allez rentrer chez vous et revenir demain pour vérifier vos urines » Vous êtes sûre cette fois?
Donc retour à la maison avec un bidon dans lequel je dois conserver TOUTES mes urines pendant 24 heures. Ouah trop sexy! Là petit tour sur internet (ah ça il fallait pas) google: protéïnurie + hypertension + oedèmes = pré éclampsie! Oups, je sais pas exactement ce que c’est mais je sais que c’est pas bon, je coupe l’ordi!
Le lendemain retour à la maternité avec mon bidon (oui faut un gros bidon!), analyse, retour avec la sage femme (c’est pas la même): 14h: on va vous déclencher, les résultats ne sont pas très bons!
Ok mais bon, j’ai des contractions peu douloureuses mais régulières, on ne pourrait pas laisser faire naturellement? Accord de la SF. Installation dans une salle de travail: sympa, télé, salle d’eau perso, siège confortable pour chéri. Examen: 2 petits centimètres!
18h: 2 centimètres Ah?
« On peut percer la poche des eaux ça fera accélérer le travail. » Bon d’accord
« Par contre, ça va être plus douloureux, vous voulez la péridurale? » Non, j’aimerais essayer sans.
Là: eaux vertes kaki avec un aspect grumeleux. « Euh, c’est pas sensé être comme de l’eau? »
« Ne vous inquiétez pas madame, mais en effet, c’est pas trop normal, on va vous mettre en salle d’accouchement pour mieux vous surveiller ». Salle dans laquelle il n’y a plus qu’une pauvre chaise en bois pour chéri!
La SF était adorable, elle m’encourageait, me félicitait pour ma façon d’endurer la douleur, me massait le dos quand Chéri sortait prendre l’air, elle était géniale.. Euh oui, ça fait mal! Mais j’avais super compris cette partie là de la préparation à l’accouchement: il ne faut pas lutter contre la contraction, il faut la laisser t’envahir pour qu’elle fasse son travail! Donc je gère plutôt bien. Ce qui n’est à priori déjà plus le cas de Chéri qui a demandé la péridurale pour moi dans le couloir.
20h: 3 centimètres
21h: 3 bons centimètres, allez presque 4; changement de SF, et là ça été le début de l’enfer. Déjà transmission du dossier. La SF de la journée commence à vouloir expliquer le dossier dans la salle devant moi, là l’autre la coupe et discrètement « Euh oui, j’ai lu le dossier dans le bureau » avec un air entendu: n’en parle pas devant elle!
Euh faut-il que je panique?
21h30: SF de la nuit: « Madame, il va falloir faire accélérer le travail, on va vous mettre un produit pour intensifier les contractions »
Ok, faut ce qui faut, je souffre toujours mais bon entre chaque contraction, tu peux souffler trente secondes alors ça va.
21h40: produit en intraveineuse
21h50: DOULEUR DOULEUR. Hé oui, le produit fait très mal, tellement mal, que j’ai tout le temps mal, pas une seconde de répit, plus aucune position dans laquelle je me sente bien.
Bon, au moins, j’espère que ça sert à quelque chose.
22h: protoxyde d’azote ou gaz hilarant pour essayer de diminuer la douleur. Hilarant mon cul oui! Ah ça tu rigoles mais t’as mal quand même et du coup quand tu dis que tu as mal en rigolant, on te croit plus vraiment! Donc après trois bouffées, stop au proto!
22h15: examen: 2 centimètres QUOI MAIS J’ETAIS A 4? Non, ma collègue est pas très douée elle a dit ça pour vous encourager (pas dit comme ça mais c’était l’idée générale!)
Bon beh je peux avoir la péridurale?
Posée en 5 minutes et efficace aussitôt: super, comme ça ils augmentent au maximum le produit qui intensifie les contractions!
1h45: 10 centimètres, maintenant, on attend que le bébé descende et on poussera dans 2 heures.
3h45: installation pour l’accouchement, et là deuxième partie de l’enfer!
Je dois être beaucoup trop cartésienne mais moi, quand on me dit qu’il faut que je pousse trois fois à chaque contraction, je calcule qu’il faut que je reprenne deux fois mon souffle!
POUSSEZ Ok je prends de l’air et je pousse. Bon certainement, cette partie de la préparation, j’ai du moins comprendre et du coup je ne dois pas pousser correctement mais je te garantis une chose: je pousse.
Ca vient pas très vite, du coup la SF commence à pas être trop aimable « mais poussez madame », tu crois que je fais quoi ...?
POUSSEZ De l’air et je pousse, au bout d’un moment je fais non de la tête pour signifier que je n’ai plus d’air, il faut que je respire (ben oui pour pousser trois fois, faut bien respirer deux ou je sais plus compter), remontrance, « vous poussez pas » Si je pousse, ....! « Mais vous poussez pas, vous voulez pas la mettre au monde votre fille! » C’est à ce moment que j’ai du commencer à exprimer mes remarques à voix haute et que j’ai sans doute été moins aimable. Non mais je te jure, sortir ça à une femme qui accouche pour la première fois!
Déjà une demi heure de POUSSEZ: ça fatigue et ça une énerve une SF aussi ..!
4h15: téléphone au gynéco de garde, ça sort pas!
4h21: Lilou nait après un épisiotomie de malade, les forceps et un cri qui a du être entendu dans tout l’étage! Cool.
Là ils te mettent ton bébé sur le ventre et tu te dis « c’est vraiment sensé être le plus beau moment de ma vie? » J’ai mal, j’ai sommeil et c’est là, après avoir sorti le placenta qu’ils se mettent à te recoudre! DOULEUR
Mais madame, vous avez la péridurale!
Ma cocotte, là ça doit faire plusieurs minutes qu’elle ne marche plus ta péridurale.
Donc: protoxyde d’azote. Cette fois ça a l’air de marcher un peu plus mais bon, c’est quand même pas terrible.
Après deux heures dans cette salle, on me remonte dans la chambre. Chéri rentre à la maison se changer et dormir un peu et là, quand t’es toute seule dans la chambre et que tu regardes le petit bout allongé à côté de toi, il y a comme une grosse bouffée de chaleur et d’amour qui t’envahit, t’as beau en avoir ..., oui tu te dis que c’est le plus beau moment de ta vie!
Evidemment, si ça s’arrêtait là, ça serait trop beau car il y a encore plusieurs jours de galère! En tout cas pour moi! Hé oui, j’ai tellement poussé (... de SF!) que j’ai des tromboses annales: cool! Je ne peux pas m’assoir. Pendant deux semaines après l’accouchement, j’ai vécu allongé. Ben oui, car on ne peut pas vraiment te les soigner par des médocs puisque tu allaites et tu peux pas mettre de crème. Ah bon? Si les médecins veulent pas m’en donner, j’en achèterai en sortant. DOULEUR Ah malheureuse, t’as oublié que tu avais une épisio à côté non cicatrisée! DOULEUR Bon ok, je dois attendre la cicatrisation de l’épisio pour traiter les tromboses!
Et voilà pourquoi je n’ai émergé qu’au bout de trois semaines: ... de SF!
Je passe sur les remarques du personnel de la maternité quand tu leur dis que tu es fatiguée (bébé dort avec toi, il n’y a plus de pouponnière!), elles te répondent que tu n’as qu’à dormir l’après midi au lieu d’avoir des visites! Ben oui, le matin tu as la dame qui t’amène le petit dej, la dame qui vient faire le ménage, la dame qui vient faire ton lit, la puéricultrice qui vient voir le bébé, la SF qui vient te voir, la dame qui vient chercher ton plateau du petit dej!!! Mais je l’emmerde le personnel, moi je vais pas interdire à ma famille de venir voir cette princesse!
Et trois semaines après, Chéri commence à me parler, il a téléphoné à mon père et à sa mère quasi toutes les heures tellement il était en panique! Lui, il entendait tout ce qui se disait quand il allait dans le couloir! Et donc, j’étais à 10 minutes de partir en césarienne. Mais lui a bien tenu le coup, il était là tout le temps, il a tout vu, même plus que moi au moment des forceps (j’avais les yeux fermés tellement j’étais concentré pour pousser, ... de SF), a vu Lilou sortir, bref, il était vraiment là!
Mais malgré tout ça, je ne me plains pas, je ne suis pas partie en césarienne et ma fille est en pleine forme! Alors on attaque le deuxième!
Image
MC79
Fraise de bronze
Fraise de bronze
Messages : 2174
Enregistré le : 04 oct. 2011, 12:40
Localisation : sud 79
Contact :

2012
(Erreur, le 1er était de 2009)
Petite explication: j’ai fait une pré éclampsie à terme pour BB1 et j’ai un très mauvais souvenir de mon accouchement avec une péri surdosée (fallait que BB sorte vite, PE + eaux kaki + détresse foetale), les forceps et une épisio de malade, mais bon, quand même une voie basse… Donc, je voulais un accouchement le plus nature possible pour BB2 sans péri… J’ai parlé de l’accouchement à domicile à mon mari qui, s’il y a réfléchit, n’a jamais voulu sérieusement l’envisager du fait, selon lui, de notre trop grande distance de la mater (35 km avec de la 3 voie…)!
Tout commence lundi 4 juin (terme le 22). Visite de contrôle à la maternité car la protéinurie est un peu haute. La tension est bonne, le monito aussi! Bonne nouvelle: le col est ouvert à deux doigts large et est mou. Mauvaise nouvelle: il est encore un peu long et le bébé est haut, donc il n’appuie pas sur le col. Conclusion, le col est favorable donc si bébé se décide à descendre, ça peut partir vite.
Retour à la maison, je prends la décision de marcher plus et de faire beaucoup de ballon. Mardi: augmentation des contractions mais elles sont toujours irrégulières et non douloureuses. Mercredi: pareil mais en plus nombreuses encore, elles sont en moyenne toutes les 10-15 min toute la journée. Le soir, elles commencent à se faire plus sentir. On appelle mes parents qui récupèrent Lilou vers 22h, Rudy est prêt à partir à la mater mais je suis pas sûre. Je lui dis d’aller se coucher qu’il soit en forme si c’est le bon moment. Minuit, je suis prête à partir, les contractions sont plus fortes et régulières mais à minuit et demi, tout s’arrête d’un coup!
Jeudi: Revisite de contrôle à la mater! Le col n’a pas bougé malgré toutes ces contractions. Par contre, la protéinurie a beaucoup augmentée. Le personnel sait que j’aimerais un accouchement naturel donc il me laisse 48h pour que j’accouche sinon rendez vous est pris samedi pour un déclenchement. L’estimation du poids du bébé (plus de 4,5 kg à terme), le fait qu’il soit haut et la protéinurie (couplée à une forte prise de poids rapide) importante les a vite décidé! L’après midi, ça contracte toujours et de plus en plus fort. Rendez-vous chez la sage femme pour le dernier cours de prépa, elle me dit que ça a l’air pas mal ces contractions!
Vendredi 4h30: je sens un ploc qui me réveille! J’ai tellement lu de récit que je sais! Je fais un roulé boulé dans le lit pour ne pas le tremper, mais la quantité de liquide n’est pas très importante. Je file aux toilettes, encore un peu de liquide rosé mais pas des quantités. Je me dis que j’ai peut-être seulement fissuré la poche des eaux, donc je descends, fais du ballon et attends. Je n’attends pas longtemps, 10 min plus tard, les contractions arrivent, tout de suite différentes et régulières toutes les 7 minutes. Je réveille Rudy, téléphone à la maternité qui me dis d’attendre toutes les 5 minutes pour venir. J’appelle mes parents qui viennent récupérer Lilou vers 5h. Les contractions sont déjà douloureuses, je me suspends aux barreaux de l’escalier. Elles sont toujours aux 7 minutes mais je ne me vois pas attendre encore pour faire 30 min de voiture! Je m’assois à l’arrière et à chaque contraction, je me mets à genou tête vers l’arrière et je souffle! Arrivée à la mater, je suis attendue! Monito et examen, bébé toujours haut et col ouvert à 4! La poche des eaux est intacte, c’est la première membrane qui s’est rompue. La sage femme m’installe en salle nature et m’explique qu’il faut que je rentre le ventre en soufflant à chaque contraction pour espérer faire descendre bébé! Très vite, les contractions deviennent très douloureuses, je fais des sons graves en soufflant comme aux cours de prépa en me mettant à 4 pattes mais, soit la douleur est trop forte pour moi, soit le fait de me concentrer sur mon ventre m’empêche de rentrer vraiment dans ma bulle. Les contractions sont toutes les 3 minutes, ça devient très difficile!
Changement de sage femme et premier bilan, il est 9h (déjà 3h de contractions très intenses), mais le col est toujours à 4 et bébé toujours haut! Plusieurs possibilités: je continue à douiller en priant que ça vienne… on part en césa… ou on pose une péri, on tente de percer la poche des eaux pour que bébé descende en espérant éviter la procidence du cordon (le cordon passe devant la tête et se trouve coincé entre la tête et le col) et le départ en césa d’urgence! On se décide (dans les larmes pour moi) pour la péri mais mini dosée! On passe en salle d’accouchement. La péri est posée 20 min plus tard après quelques retournements de gymnaste (passage du dos à 4 pattes à chaque contraction en 2 secondes au grand dam de l’anesthésiste!) sur la table pas si large que ça! 15 min après la pose de la péri, le col est passé à 7!!! On attend ensuite que le bloc se libère (au cas où) et que le gygy de garde soit dispo!
Midi et demi: La SF et le gygy se prépare à percer la poche (chéri et moi prions – façon de parler – pour éviter la césa, j’en veux tellement pas que je suis au bord des larmes) et je comprends pourquoi il faut la péri pour cette manip! Gygy appuie de toute ses forces sur le haut de mon ventre et la SF a une main dedans pour percer et une main qui appuie aussi fort que gygy pour guider la tête. Je sens tout mais n’ai pas mal par contre sans péri ça doit être intenable!!! La manipulation réussit! Cool, on se sent mieux. On m’installe dans plusieurs positions, le col passe vite à 10 et bébé descend doucement. On me laisse jusqu’à 15h30 max et après je devrais pousser même sans les poussées réflexes. Heureusement, elles arrivent un peu avant, je me remets à 4 pattes, j’accoucherai bien ainsi mais la SF ne sait pas faire. On me remet sur le dos, l’équipe s’installe et je pousse en tirant les bras de chéri les bras à l’arrière au dessus de ma tête. 20 minutes de poussées très très intenses, pas de forceps, une petite déchirure et bébé sort. Il est tout bleu mais respire! On me le met sur le ventre, Rudy coupe le cordon et on emmène bébé pour des soins (il est très faible) pendant 30 min dans la salle d’à côté mais toujours en présence du papa! Le verdict tombe: 4 kg 450, belle bête!!! Sûr, sans les poussées réflexes, il ne sortait pas tout seul!
Après deux bonnes heures, la sortie du placenta (de belle taille apparemment 1 kg 420), la suture de la déchirure, on me monte en chambre.
Après réflexion, je m’interroge sur cette SF prétendument « nature ». Et sur mes décisions qui ont été surement mauvaises…
D’abord, à 5h du matin, j’aurais du rester chez moi et avancer un peu le travail, mais j’avais tellement peur de me faire « piquer » la salle nature que j’ai couru à la mater. Et pareil là bas, je n’ai pas voulu en sortir…
Ensuite, pendant 3 heures, personne n’est venu nous voir. J’aurais aimé que quelqu’un vienne voir si tout allait bien et si mon mari savait quoi faire… Ce qui n’était pas le cas, il était en panique totale face à ma douleur et n’osait pas me toucher. L’information donnée sur le fait de rentrer le ventre pendant la contraction était peut être bonne mais en fait, avec du recul, je me dis que je n’aurais pas du en tenir compte. Comment est-il possible de rentrer dans cette fameuse bulle si on est concentrée sur un exercice pareil… Bref, mieux accompagnée, je crois que le choix que la SF m’a laissé aurait vraiment eu trois possibilités, de la façon dont elle l’a présenté, il n’y en avait que deux. Et j’ai lu beaucoup de récits où le bébé ne descend qu’à la dernière minute, alors qu’elle m’a fait comprendre que ce n’était pas normal et que je risquais une césa à chaque minute qui passait…
Ensuite, au moment de la poussée, je n’ai pas eu le choix de la position car elle disait ne pas savoir faire ni le 4 pattes, ni celle sur le côté… Je crois surtout que l’estimation du poids de mon bébé a traumatisé l’équipe qui était plus de deux fois plus nombreuse que pour la pré éclampsie de mon premier accouchement!!! Et du coup, la SF ne voulait pas que je prenne une autre position que cette si bien aimée position gynéco!
Entre mes deux accouchements, je n’ai plus aucune confiance dans le personnel de ma mater (ou d’un autre d’ailleurs), je sais que certaines SF sont excellentes, mais je n’ai jamais eu de chances au jeu et je suis tombée à chaque fois, sur une équipe qui n’a pas voulu entendre mes demandes…
Le personnel a-t-il conscience que pour certaines d’entre nous, l’envie d’accoucher naturellement est viscérale. J’essaie actuellement de décider mon mari pour un petit dernier. Si je n’ai pas la chance de pouvoir réaccoucher, je crois que j’aurais toute ma vie ce vide en moi, ce manque, c’est un trou sans fond et un regret immense qui me mange chaque jour. Peu de gens le comprennent, mais moi, je le ressens, non pas comme un échec, mais comme quelque chose qui fait que je ne serai jamais entière. Je ne suis pas une Femme, mais une personne qu’on a fait accoucher!
Image
MC79
Fraise de bronze
Fraise de bronze
Messages : 2174
Enregistré le : 04 oct. 2011, 12:40
Localisation : sud 79
Contact :

2020
Mes deux premiers accouchements ne se sont pas très bien passés, même si j’ai eu le bonheur de pouvoir accoucher deux fois par voie basse. Et cela reste le principal.

Beaucoup de décisions découlent de mon premier accouchement où l’ocytocine m’a été injectée à cause d’une pré éclampsie et des eaux kakis et grumeleuses. La péridurale que j’ai demandée ensuite a été trop dosée. Je n’ai senti aucune contraction que cela soit pendant le travail ou pendant l’expulsion qui a fini aux forceps. Et j’ai eu la malchance de subir une épisiotomie qui a été très mal recousue… Pour mon second accouchement, le poids estimé du bébé a effrayé le personnel hospitalier qui n'a pas su (ou voulu) m'accompagner dans ma démarche.

Mais la vie est parfois surprenante... Après un divorce et une rencontre inattendue et magnifique, mon nouveau compagnon et moi nous lançons dans une nouvelle aventure. A 41 ans, malgré des statistiques clairement pas favorables, je tombe enceinte dès le premier cycle d'essai. Le premier trimestre se passe merveilleusement bien mais la fin de grossesse est plus complexe entre la difficulté de mouvement et la surveillance accrue du à mes antécédents de tension et de protéinurie.

Parallèlement, j'explique à chéri mon envie d'accouchement physiologique et il adhère entièrement à cette idée. Il m'accompagne à chaque rdv que cela soit avec la SF qui, nous l'espérons, pourra nous accompagner en plateau technique ou avec la sophrologue.

Mais, contre toute attente pour un 3ème bébé, j'arrive à 9 jours du terme sans aucune alerte.

12 février : Je vois ma SF qui vérifie mon col, mou et ouvert à 4 mais pas très favorable. Elle tente quand même un décollement de membranes.

15 février : Col toujours à 4 mais plus favorable donc on retente un décollement de membranes.

16 février, je n'en peux plus, malgré les nombreuses ballades à pieds ou en voiture sur les petites routes, toujours rien, alors nous optons pour une ballade à vélo !

17 février 00h40 : première contraction avec une sensation de perte de liquide. Petit tour aux toilettes : un petit peu de liquide mais j'attends...

00h50 : nouvelle contraction puis une autre avec du liquide rosé cette fois. Plus de doute, c'est le moment.

01h00 : « Chéri, si tu veux voir ton fils, c'est le moment »
« C'est une blague ? »
« Oui, évidemment, je te réveille juste pour vérifier si tu dormais ! »
Chéri se lève et prépare les affaires pendant que je téléphone à mes parents afin qu'ils viennent gérer les plus grands puis à Dorota (ma SF) pour qu'elle nous retrouve à la mater.

02h00 : on arrive à la clinique (petite structure avec 2 salles d'accouchement et 1 salle nature), la nuit promet d'être agitée, je suis la 4éme maman à arriver... Les 3 autres étant en salles de pré travail, je suis directement conduite en salle nature. Dorota nous y rejoint, on s'installe, elle me fait un monito puis,

02h30 : elle contrôle mon col... ouvert à 4... Nous optons pour le bain et allons dans la salle avec la baignoire. J'y rentre, l'eau est bonne, les contractions s'enchainent, douloureuses mais non régulières. Je fais ma sophro, j'arrive à bien me détendre à chaque contraction, mes doigts restent bien détendus et ne se crispent pas.

Commence la partie anecdotique de cet accouchement, les 3 autres mamans ont démandé la péri donc elles ont été installées dans les salles d'ccouchement et dans la salle nature, seules salles équipées pour cela. On me ramène toutes mes affaires... Je m'interroge... Mais combien de temps mon accouchement va-t-il durer ?... Vais récupérer la salle nature ?... Mais la douleur revient, plus forte...

03h00 : la douleur augmente vraiment beaucoup, je ne sais plus comment me mettre, je me concentre sur la sophro mais la douleur me donne envie de vomir, on me tend une poubelle, je vomis. Je me mets à râler. Les contractions sont de plus en plus rapprochées.

03h30 : la douleur devient ingérable, j'ai mal, je ne sais plus comment me mettre. Dorota comprend que cela va plus vite, elle contrôle mon col qui est ouvert à 8. J'ai envie de pousser mais elle me dit que cela risque de ralentir le travail. Du coup, je panique. Mon cerveau sait qu'il s'agit de la phase de désespérance mais la raison et la douleur ne vont pas ensemble, je réclame la péri. Mon chéri ne lâche rien, il me dit que ce n'est pas ce que je veux et Dorota me dit qu'il est trop tard.

Je ne me sens pas bien, je sens que mon corps travaille tout seul, plus vite que je ne le pensais, et j'ai besoin de sortir du bain. Les salles étant toutes prises, on m'emmène dans une salle de pré travail avec un simple lit... Mais je m'en fous, je suis dans mon monde, je m'installe sur le lit dans la première position qui vient et je pousse. Dorota me guide, chéri m'encourage. Je mets ma main, je sens sa tête. La douleur est intense mais différente car en poussant, je me sens mieux, je sais que c'est bientôt terminé.

00h58 : Flavio nait ! Il est sur moi. Et je l'ai fait ! La douleur disparaît quasi instantanément et la fierté m'envahit. Je l'ai fait ! J'ai vécu l'expérience la plus intense de ma vie et j'ai réussi. Mon homme ne m'a pas lâchée, il m'a soutenue et a fait en sorte que je puisse vivre ce moment unique de ma vie. Il vient de m'offrir un cadeau si précieux : l'estime de moi.

NOUS l'avons fait ! Aucune hormone de synthèse ne m'a été injectée, ni à mon bébé. On attend un peu et chéri peut couper le cordon, je repousse et le placenta sort. Dorota s'installe comme une scout car il n'y a rien, pas de table, pas de lavabo... Le cordon fait un double nœud, elle n'a jamais vu ça, elle fait une photo et va la montrer aux autres SF qui sont étonnées que j'ai déjà accouché, elles n'ont rien entendu. Le bruit doit être relatif, en fait, je n'ai aucune idée du bruit que j'ai pu faire ! Dernière arrivée, première accouchée ! Cela est tellement différent des deux autres qui ont duré de longues heures, mais ces 3 accouchements se complètent, l'un amenant à l'autre...

Cet accouchement physiologique était merveilleux et je trouve triste que les femmes ne puissent plus vivre cette intensité. Oui, il y a de la douleur, mais elle disparaît et nous l'oublions à une vitesse surprenante dès que le bébé est sorti. Reprenons confiance en nous et en nos corps !
Image
Chouchoupette92
Top fraise
Top fraise
Messages : 452
Enregistré le : 10 sept. 2019, 23:20
Contact :

Merci de ces récits personnels MC79 ! :-)
C'est sûr que ton 3ème accouchement est beaucoup plus proche de celui que je souhaite vivre !
Je comprends qu'après les 2 premiers, tu puisses avoir perdu toute confiance envers les équipes médicales. Quand on pense aux préconisations de l'OMS et de l'HAS, on se demande à qui ça peut bien s'adresser si ce n'est, normalement, au personnel médical en 1ère ligne.
Après, on peut comprendre beaucoup de choses, car être en sous effectif et avec des moyens diminués de manière quasi permanente, difficile pour eux de mettre en place les bonnes pratiques... C'est au final au détriment du patient de manière générale, et plus particulièrement des femmes. Donc un peu d'empathie dans ce monde de brutes ne ferait pas de mal à certains.
MC79
Fraise de bronze
Fraise de bronze
Messages : 2174
Enregistré le : 04 oct. 2011, 12:40
Localisation : sud 79
Contact :

Merci Chouchoupette.

En effet, le personnel soignant est en sous effectif et ils ne peuvent clairement pas rester avec une maman pendant tout le travail.

Mais au-delà de cette problématique, je pense qu'ils sont formatés à l'école, ils ont un discours qui colle (pour la très grande majorité) avec ce qu'on leur enseigne et c'est en effet, et malheureusement, très loin des préconisations de l'OMS. Nous sommes vraiment un pays qui surmédicalise l'accouchement... Dommage...

Je remarque juste que cela a un peu évolué entre mes accouchements et cela donne de l'espoir! :wink:
Image
Chouchoupette92
Top fraise
Top fraise
Messages : 452
Enregistré le : 10 sept. 2019, 23:20
Contact :

Oui, tu as raison : je constate ça aussi quand j'entends les récits de ma mère et ceux de ma sœur.
Mais je suis quand même encore très circonspecte lorsque je lis les histoires de beaucoup d'autres femmes. Ça en est choquant au point que j'appréhende le mien et je croise les doigts pour que ça se passe bien.
Tu as raison aussi quant à la formation trop formatée de beaucoup de sages femmes, mais aussi des médecins qui sont souvent distants et froids, sur les méthodes employées pour "accélérer" le travail... J'ai lu récemment un mémoire de SF sur les "violences obstétricales", qui datent de 2018 et c'est édifiant !... :-( On est loin de la méthode de De Gasquet par exemple.... Et les choix de restrictions budgétaires faits à "haut" niveau ne sont clairement pas en faveur des personnels soignants et par ricochet des femmes...
mamorada
Fraise active
Fraise active
Messages : 108
Enregistré le : 20 mai 2015, 15:54
Contact :

Coucou les filles,

Pour ma part, je suis pour la péridurale.

Mon premier accouchement a été déclenché et j'ai reçu la péridurale directement, je n'ai pas ressenti les contractions et j'ai pu justement être pleinement consciente de ce qu'il se passait. J'ai pu aussi après m'occuper de mon bébé et lui donner son premier biberon sans être trop fatiguée. J'ai malgré tout eu une épisiotomie et les médecins ont dû utiliser les forceps pour sortir mon petit loulou. Je n'ose imaginer le ressenti sans péridurale.

J'avais vraiment cette hantise de souffrir pendant l'accouchement.

Je suis maintenant enceinte du second et j'avais les mêmes craintes. Je suis soulagée que l'accouchement sera provoqué également ( et c'est prévu pour demain).
Je n'aurai pas le stress de perdre les eaux à la maison, devoir tout préparer dans l'urgence, avoir peur de ressentir les contractions sur la route et ne pas arriver à temps à l'hôpital pour recevoir la péridurale.

Enfin, je pense que nous avons toute un avis personnel sur la question, je pense aussi que nous avons toute un seuil de tolérance à la douleur différent. Moi je préfère être dans le contrôle et savoir comment tout va se dérouler plutôt que d'être prise au dépourvu.
Répondre

Retourner vers « L'accouchement »

  • Informations
  • Qui est en ligne

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités