Enceinte à 18/19 ans, je décide de le garder

Vous êtes une jeune maman ou vous allez bientôt le devenir alors ce forum est pour vous!
Répondre
XXX0611
Messages : 3
Enregistré le : 17 mars 2018, 10:47
Contact :

Bonjours les filles, 

Alors voilà, comme enoncé dans le titre. Je viens d'apprendre, en debut de semaine une grossesse debutante d'1 mois environ. 

N'étant que depuis 3 mois avec mon copain et en très mauvais terme avec mes parents depuis des années, j'ai beaucoup appréhender la manière dont j'allais leur annoncer la nouvelle. 

Pour ma mère, je n'ai pas eut le choix. Manque de chance pour moi, c est elle que mon médecin généraliste à appeller un matin (avant même que j'en soit mise au courant) pour lui annoncer un resultat PDS positif ( sans savoir apparement qu'il se trompait de numero ). BREF.
L'après-midi même, je decidait de prendre mon courage a deux mains pour l'annoncer à mon copain. Je précise que celui-ci à actuellement 19 ans, bientôt 20, élevé par sa maman seule et des grands-parents présents. 
Pour vous donner une idée de la situation catastrophique a laquelle je me suis retrouvée confrontée les premiers jours je préfère preciser qu'il est en 1 ere année de FAC, vis chez sa maman, nourris logé au frais de la princesse, et qu'il est clairement difficile et inhabituelle pour lui de prendre une decision de lui même sans son avis. Soit, de prendre ses responssabilités.

Avec cette petite introduction certains/certaines peut-être se reconnaîtront. 

Ainsi, commence l'aventure ... seule, face a une mère, la mienne ( bien qu on ne puisse lui reprocher ) ambivalente et dans l'incompréhension la plus totale de ce que je peux ressentir. 
Et un copain, que je devrait plus considéré comme un second enfant à charge que vraiment une aide à proprement parler. 


Autant vous dire que la reaction genérale a l'annonce fut violente. Et après leur avoir demander calmement de me laisser 1 semaine ( un delais qui me semblait indispenssable ) pour refléchir éventuellement a une demande d'IVG ( bien que convaincue dès la première heure au fond de moi qu'il en etait hors de question) je me vois confrontée tous les jours a des crasses de leur part, des remarques, des blâmes, conseils contre-productifs. Et j'en passe. 

Premièrement, ma mère qui, sans même connaitre ma decision, à pretendu qu'elle accepterait mon choix. Or, j'ai eut le droits successivement a deux types de discours, l'un stipulant que j'etais "suffisament mature, responssable et differente d'elle, a mon age, pour assumer mes responssabilités". Puis, un autre qui me traitait vulgairement de " tueuse de petit bébé" . Et, pour finir, carrement ( tout ca en l espace de 5 jours ) des messages dans lesquels elle m'interdit clairement de voir ma petite soeur d une dixaine d'année en précisant " qu'elle protège son bébé né d'un amour entre 2 personnes et non d'un caprice ou d'un manque de vigilence de la part d'une ado ". Tout ça, suivi d'un appel a mon copain ( j'ignorait qu'elle avait son numéro ) qui eut des conséquences bien regrétables ( que j'enoncerais plus bas ). 

Du côter de monsieur... la réaction fut simple : 《J'appelle ma mère.》

Je me suis demandée clairement a ce moment là pourquoi je ne prenais pas directement l'avion pour un autre pays, permettre a ce bébé de vivre en paix, et loin de tous. Mais enfin, j'ai pensé à ce que je ferait perdre à cet enfant d'entrée, et surtout au droit du père dans cette prise de décision. Car, je ne suis pas non plus complètement dénuée de morale. 

Après cet appel, et même, après qu'il ai vu sa propre mère et discuté avec. Celle-ci ne manque pas non plus de lui préciser la difficulte d'élever un enfant seul, et de le convaincre apparmeent que jamais cet enfant ne serait pleinement heureux sans son père. 
Oui, car il semble evident qu'il n'est certainement pas prêt à être père. Seulement ,prend-il sa tête dans ses mains, repétant en boucle que "c'est un cauchemar/ une catastrophe!". Me rapellant, comme si je n'avais aucune conscience de son ressentis, qu'il aurait rêvé de la vie parfaite, mariage, bébé, a 25 ans voire à 23 par souci de me faire plaisir mais certainement pas maintenant.

Bien sure, sa mère l'a aussi convaincu rapidement du fait que ce bébé n'était encore autre qu'une "cellule, sans coeur ni autre organes vitaux" ( ce qui est faux.. et bientot sera confirmépar une première échographie). Et donc ici, c est clair tout le monde est pour une IVG !

Et moi dans tout ca .... j'ai décidé de jouer la psy (ce qui coordonne d'ailleurs tout a fait avec les études poursuivies actuellement,).
Me voila seule de mon côté, qui tente de rassurer tout le monde avec aplond ( et sans larmes s'il vous plait ), rester positive tout en énoncant, dès que je peux en placer une, les solutions envisageable pour l'education de cet enfant aussi bien sur le plan materiel qu'affectif. Mais egalement, tout ce qu'ils nous apporterait en terme d'amour. 
Pour bien evidemment "mon désirs personnel" de garder cet enfant... Mais pas que ! 
Par conviction, que l'IVG ne devrait être utilisée que dans des cas exceptionnels, et certainement pas pour moi. Quand on ne veux pas d'enfants, on se protège. Or. ayant des soucis de santé depuis longtemps je n'etait jamais tombée enceinte auparavant d'un ovule viable.

Mais mon copain et moi utilision la methode " retrait" ou " calendrier" j'etais donc parfaitement consciente des risques et lui de même. 
Je ne me suis d ailleurs pas gardée à plusieurs reprise de lui rappeller que sperme + ovule (meme en dehors des dates d ovulation prevues) = bébé et qu'il fallait se méfier. 
*Je devait d ailleurs me faire poser un sterilet.. échec de la premiere pose, (d ou le test de grossesse avant de réitérer) Je dirais que le destin à fait que .... je ne me ferais pas poser ce sterilet avant un long moment finalement ) 

Mon histoire est longue mais je continue, tout de meme, ceux qui me lirons jusqu au bout aurons bien du courage. Mais peut-etre pourriez vous y trouver intérêt. 

J'en suis desormais à un point, ou j'ai tellement entendu de critiques, de conseil et de discours laconiques pro-IVG que je crois bien m'être enfermée dans une bulle... où me faire changer d avis serait très très compliqué. 

Je précise avoir roujours desiré un enfant. Le 1 er aux alentours de 20 à 23 ans. 
Étant donner ma relation familliale absolument à ch***. Devenir maman jeune me parait être une evidence. Ainsi donner la chance d un mieux pour enfant, qui serait le mien, mais egalement partager tout l'amour refoulé que je stock depuis de nombreuses années. 
Pour ca je penses avoir dejà commencé a organiser ma vie depuis mes 16 ans, soit pas de faute de parcours dans les études, plusieurs boulots dont 1 CDI cumulé avec d autres job, en début d'année, et actuellement un CDD à plein temps en parallèle de mes etudes.

Tout ca avec la conviction que mettre de l'argent de côter et me construire en tans qu'adulte me permettrait d'avoir ma vie de rêve et la consécration d'une famille, d'ici quelques années. 
Et me voila à 18 ans presque 19, devant cette nouvelle qui ne m'effraie pas plus qu'elle ne me rend heureuse. Au point que je dois a présent cacher ma joie, en dehors des bureaux médicaux, du laboratoire et des têtes à tete avec mes meilleurs amis. 

Convaincue que mon choix et le bon .. j'attendrais que les autres s'y adaptent et s'y fasse... ou s'en aillent. Je suis contrainte d'agir ainsi, malheureusement. Car, je crois qu'il est indispenssable, si j'ai cet enfant que je le protège de ceux qui lui veulent du mal, bien qu'il reste 9 mois et plus encore pour que ma mère ou mon copain changent d'avis et de pts de vue et décident d'être au moins présent dans la vie de cet enfant. Je décide de leur laisser le temps, sait-on jamais. Bien que je ne les oblige en rien a m'aider. 
...
Il y a quelques jours, sous l influence de sa mère ( again ) mon copain me demandais de signer un papier qui apparement le destituait de sa fonction de père. Autrement dit, il irait voir un juge avec un papier stipulant qu'il n est pas obligé de reconnaitre l'enfant bien qu'il sache que c est le siens, accord commun. En contrepartie je m'engagerais a ne pas demandé de test de paternité pour toute demande de fillialion ou de pension alimentaire jusqu'au 18 ans de l'enfant. Sachant qu'à ce moment là ( il n y a pas réfléchis ) l'enfant peut très bien demander lui même une test pour connaitre son père, je n'y pourrait rien. 

Toujours dans le doute, mon copain decidait de ne pas mettre fin à notre relation de couple. Il souhaitait essayer de continuer a faire ensemble notre biut de chemin " comme si de rien etait". Ainsi, voir si d ici 9 mois il se sentais prêt à accepter l'idée d'être père ou si bien au contraire, il s'en sentais encore incapable la grossesse menait à terme. Mais encore, si il parviendrait à rester a mes côter. (meme si j'ai un bébé à charge) à condition que tout se passe bien.
Sinon, si trop difficile pour lui, partir pour de bon et ne jamais revenir.

Moi... bonne poire ( sans signer de contrat pour le moment ) j'étais prete a accepter la requête. 

Le deal dura environ 24 heure... juste avant que ma mere ne soit mise au courant et lui fasse part de son pts de vue, a elle ( je l'imagine bien entendue, dans la plus grande des hypocrisie: voix douce, lui expliquant a quelle pts si il me laissait faire j'allais .......... sa vie, a lui et celle de l enfant en l air. Certainement car je ne suis qu'a ces teux qu'une adolescante instable émotionnellement et j'en passe car je n'ai eut de compte rendu de cet appel, mais je n'ai plus besoin de details concernant le pouvoir manipulateur de celle-ci). 

Merci maman. Et c est comme ca, qu une heure après, suite a la pression de mon copain, de nouveau, pour une IVG, veint un moment de panique de ma part ( et puis de la fatigue car enceinte a 21H j ai plutot besoin de dormir que de me faire pourrir ) s'en suivie une crise de larme, et le départ de celui-ci passant la porte de mon appart sans mot dire. 

Voilà, donc actuellement, je suis une jeune maman de 18 ans, qui décide qu'elle gardera cet enfant seule, face à l'opposition certaine de la "famille". Situation que j'accepte et a laquelle je crois, je m'etait plus ou moins préparé psychologiquement dès le départ.

Alors, entre deux lectures des textes de lois et prise de connaissance des démarches à faire rapidement pour sortir d'un monstueux guétapant d'enfant tout juste majeur. Soit: foyer fiscal des parents et secu de la mère que l'on m'impose depuis trop longtemps sans que je puisse rien y faire. Je m'attarde sur les forums à la recherche de temoignages, des mères celibataires, des jeunes de 18 a 20 ans ayant eut des enfants, tout un tas d'histoires. Non pour me convaincre que l'IVG n'est pas une option, mais pour me rassurer de la vie qui m'attend. 

Une main sur mon ventre pour me rappeller la raison pour laquelle je ne baisserais pas les bras. Et, le regard rivé sur le mur d'en face, ou restent quelques photos de ma petite soeur, dont ma mère me refuse à présent la fréquentation. Pour finir, mon père dont la reaction me restera inconnue car nous ne nous parlions plus déjà avant et je doutes que cette histoire puisse y arrenger quoi que ce soit. 

Je ne sait pas si il est bien judicieux d écrire toute mon histoire ici. Mais celle ci ( bien que ma vie n est jamais été un long fleuve tranquille ) me paraît encore bien compliquée. Et j'aimerais trouver un peu de soutiens, des conseils, des avis, pour ne pas avoir la boule au ventre pendant ces 9 mois entre le boulot, les cours, les papiers, et les rendez vous medicaux ( qui je l avoue vont peut etre devenir mon seul bonheur ). Oui, car, malgré tout, j'ai la chance d'avoir le soutiens du personnel de santé, médecin, sage femme ect. qui ( bien qu'ils ne soit à ma place ) pense tout naturellement qu'il est legitime que je garde cet enfant. Car, m'etant confier a eux plusieurs fois sur ma hantise de ne jamais concevoir. Il est evident a l'heure actuelle que je le desire, et j'ai les ressources necessaire ( je parle de ressource d'un pts de vue avant tout psychologique) et une maturité qui ne va cesser de prendre de l'importance d ici 9 mois. Sinon, je ne defendrais aucune de toutes mes convictions.

Pour certains, je conçoit que tout ça puisse paraitre n'être qu'un caprice. Peut-être penserez vous majoritairement que je c est immature de ne pas revenir sur mes décisions. D'autre peut être auront-ils d'autre remarques. 
Je sais vouloir cet enfant depuis tellement longtemps ( pour vous passer d autre details de ma vie) j ai mes raisons. 

Je ne me vois pas revenir sur ce choix. Mais je sais que la route est longue et que c'est un énorme engagement. Pas uniquement pour moi, je l'entend pour le petit aussi. 

Mais dans quelques années pourra-t-il vraiment me reprocher de n'avoir peut-être pas de père, ou plus de père biologique. Sera-t-il malheureux de ne pas habiter dès le départ dans un 2 pièce plein sud avec vue mer.
Peux-t-on me blamer de penser que malgré mon age j'ai autent a lui offrir que si j'avais eut plis de 20 ans, et un Doctorat en poche.
Ce n'est pas moi qui décide d'être seule, mais les autres autour qui se destituent de toutes responssabilité, autent en tans que père qu'en tans que grand-mère ou famille tout court. 
N'est ce pas normal que je veuille protéger cet enfant et finisse par me dire que je suis la seule a pouvoir le faire. Je suis dejà maman, au fond de moi aujourd'hui. 
Et, même si je faisait une IVG on finirait par tous regretter de ne pas avoir assumer ce bébé... D'autant plus que je ne redeviendrai pas plus la petite fille de ma mère ( que j avais toute les raison de laisser de coter déjà avant ) que la femme idéale de mon copain ( que je haierais malgré tout l'amour que je lui voue pour l'heure ). Tout le monde le regretterait, finalement j en suis persuadée. 
C'est comme si je l'aimais déjà, et je ne peux pas me résoudre a baisser les bras. 
Pour moi ce n'est pas de cette manière qu'on assume ses actes, et je ne vois pas cet enfant comme un boulet. 
Je voudrais que ce soit un cadeau, pour tout le monde. Et que les autres se rendent aussi compte même plus tard, de ce que représente un enfant dans une vie outre la contrainte. 

Je ne peux pas être la seule à le penser. 

Merci a ceux qui ont pu me lire jusqu'au bout. Je vous en suit très reconnaissante. Et j'espère que j'aurais des réponses. 
Modifié en dernier par XXX0611 le 19 mars 2018, 10:55, modifié 5 fois.

Astragale63
Fraise de bronze
Fraise de bronze
Messages : 2022
Enregistré le : 16 sept. 2017, 07:51
Contact :

Coucou

Je ne suis pas dans ta situation mais concernant le cote materiel je peux te donner quelques pistes.

Prends.rdv de suite avec une assistante sociale pour faire lenpoint sur les demarchesba effectuer et a la caf pr voir a quoi tubaura le droit. Normalement, mere seule tu aura le droit au rsa mrme si tas moins de 25 ans + APL et logement social + prime a la naissance + prestation acceuil jeune enfant tous lrs mois odt 3 ans + aide pr le mode de garde.
Tu peux aussi aller dans des organismes style secours catholique pr acheter a bas prix des affaires pr bebe et recevoirnun colis alimentaire (faut etre envoyé par une assistante sociale)

Mais je pense que tu dois te desolidariser du foyer fiscal de tes parents car cest calculé selon le revenu fiscal déclaré aux impots et tout ca cest sous conditions de ressources.

Concernant ton copain. Bon... dapres ce que tas dit cest un pti ... Pardon. Mais on dit pas a une femme qui porte son enfant "jr reste pr voir mais si cest trop dur je men vais et tu te debrouilles". Ca promet pr.lenfant. dis toi au moins que sil.ne le reconnait pas tauras le droit a lalloc parent isolé. Sil.lenreconnait taura le droit a rien car il esr cense te verser une.pension (quil ne fera pas car étudiant donc pas de thune). Donc lui ben.
. A toi de voir, je peux pas te dire "degage le" mais jen. Pense pasnmoins^^

Voila. Bonne grossesse en tout cas
Je te la souhaite sans nausée ^^ bizou
Mariés depuis septembre 2016.

Bébé 1 : ma princesse est née le 9.9.2013
Bébé 2 : mon petit ange parti a 11SA+5 le 10.11.17
Bébé 3 : mon prince est né le 7.10.18
XXX0611
Messages : 3
Enregistré le : 17 mars 2018, 10:47
Contact :

Coucou, alors tout d'abord Merci beaucoup de ta réponse !
Etant au CROUS depuis le debut l'année, je sais qu'ils ont à disposition des aides/ assistentes sociales, pour une rencontre et prise d infos, j ai donc pris rendez - vous dès l'annonce de ma grossesse ;-) (dans le doute,) et ce sera pour la semaine prochaine, 27 mars. Ainsi, j ai pensé que nous pourrions engager ensemble ( car seule ce sera long et compliqué) toutes les demarches d'émancipation et demandes d'aides sociales.

= Concernant les aides justement, je me suis renseigner directement sur le site du gouvernement, source la plus fiable ( je dis ca parce que c'est très important de savoir qu il y a beaucoup de cas particulier, et que beaucoup de qite racontent n importe quoi, voir ne font du cas par cas).
J'ai donc recenser et fait une liste de tout ce donc j'avais théoriquement le droit y compris effecrivement en tans que mère celibataire.
Histoire de voir le côter positif du " cet enfant n auras pas de père declaré a la mairie et sur son livret de famille.. ).
Ainsi, effectivement j'ai tout a fais le droit a l'ASF et autre demandes à la CAF.
Malheureusement les demandes ne pourront être engagées qu'une fois ma grossesse déclarée
Donc nous devons être sures d'abord que ce bébé est en pleine forme et qu'il arrivera debut décembre ( a confirmer avec la premiere echo ).
Mais c'est aussi le temps de sortir du foyer fiscal de mes parents ! Etant pour le moment a la charge de mon père ( je precise que ma pension alimentaire obligatoire, car enfant majeure mis étudiante, est versée elle, par ma mere qui percoit celle que mon père mui verse d'un valeure bien superieure a ce que je recoit soit 150€.... donc rien que la c est compliquer!). Et je decide d ailleurs d y renoncer pour faciliter la demarche mais egalement, parce qu avec un CDD au yeux d un juge des affaires familliales , je ne suis pas dans la necessité pour toucher cette pension, j'imagine. Autant le savoir dès le depart.

Bref, mes soucis premiers effectivement aujourd'hui sont l'indépendance vis a vis de sécu, ( oui aussi chose que ma mère aurait du amorcer à mes 16 ans si emle c etait un petit peu impliquée) donc déclaration de mon indépendance a la CPAM avec demande de retrait du compte de ma mère pour ma propre assurence maladie ( car pour ne rien arrenger en plus les sécu etudiantes disparaissent l année prochaine, ce qui n est peut être pas mal aussi car sous certaines conditions, mon statut jusrifierais d'une filliation à la securité soc. Genrale, soit un compte Amélie a part = comme n importe quel adulte meme etudiant en 2018. Mais aussi parce que je suis sous contrat CDD, qji dit travailleur depuis plus de 6 mois large, cotisation, et resident sur le sol francais dit sécu apparement pas de litiges.

Je résume mais c est parce que tout ca est très compliqué, et si tu t'y connais un peut nv administratif, tu comprendras de quoi je veux parler...
Et ensuite la demande pour que mon père me retire des impots! Et alors là, alors, je ne suis pas au bout de mes peines. Car je suis loin d etre issue d une famille défavorisée, et tous les moyens sont bons pour grater ne serais ce que 20 % de moins imposable, ou un statut de parents à charge et blabla.
Je precise que depuis mes 16 ans je demande a ma mère de m expliquer tout ca ( car parents en situation compliqués PACSE et déPACSER puis REPASCER et ne vivant qous le meme toit ... ). Donc évidemment quand la necessité de savoir ce qui se trame au impots et declaration URSAFF se fait ressentir. Quand je demande mon independance.. depuis dejà le début de l année. Mais que tout devient URGENT ! Je me demande sérieusement comment je vais pouvoir convaincre mes deux parents maintenant ! Qui eux meme, dans leur situation ne savent plus ou ils en sont.
Je reprecise aussi que mon père n'est nulement au courant de ma grossesse. Et pro-IVG; chose que je sais depuis assez longtemps: quand j'ai été en age de comprendre que plusieurs grossesse dans la famille n'etait arrivés a terme... car opposition de sa part. Honte à lui... ingé, 60 ans maintenant et tellement peut de principe et de prises de responssabilité. Malheureusement il reste mon père et même si je le deplore je dois faire avec.

Tout ca pour dire que ... se preparer a devenir mère est un beau defis que je me lance sur le plan materiel, et qu'il faut vraiment déjà avoir une bonne dose d'amour en soit pour se lancer tête baisser comme je l'entreprends à l'heure actuelle, seule dans l'administratif. Je ne conseillerais aux gens qui ne s y intéressent pas ou n'y comprennent rien de s'aventurer tt seul dans les démarches et lectures des textes de lois ! Je me fais seconder effectivement par une assistante sociale prochainement, et je sais que cela va être indispenssable rien que pour me confirmer mes droits, mais aussi pour me soulager de certaines charge, ex: sans adresse de domicile sinon celle de mes parents, j'ai 30 papiers à envoyer a pierre / paul jack dont je risque de recevoir les reponses quccessivement sans en être informée. J'entends ici Amelie ( la secu) puis Noemie ( la secu étudiante) , la CPAM, la CAF , declaration d'impot. Je finis par me demander pourquoi je ne fais plutot une FAC de Droit ! ^^'. D'ailleurs ce "pas d adresse à l heure actuelle" m'handicape vachement et m'oblige comme mes parents n y sont impliqués, à limite envisager de fouiner en secret dans leurs placards pour recupérer le contenu des dossiers aministratifs relatufs à la famille. Je parle entre autre du "livret de famille", du "numéro de sécu" de ma mère et j en passe ! J habite à environ 18km de chez moi ce qui peut paraitre prêt. Mais, quand il sagit d y aller 10 min, en l abs d un de mes parents dans l'optique de fouiner dans les placards ( et je ne prends plaisir à le faire ) pour faire des photocopies, imprimer puis vite repartir, je comprends direct dans quel combat je me lance.

Je penses qu'avec ca... ma relation avec mon enfant auras tout le merite de ne ressembler en rien à ce modèle. Je l'espère du plus profond de mon coeur, que tout ce chemin est réellement le debut du renouveau, et non quelque chose qui se reitéra quand je deviendrai moi mème mère d'un adolescant majeur.

Si d'autres parents me lisent je tiens a dire que .. certains enfants de 16 a 18 ans ont besoin d indépendence / de s'emanciper dès le depart, et si vous pouvez les guider et aider, faire au mieux pour repondre à ce besoin là, plutot que de suivre le modèle que j'énonce soit l'opposition et l'iniorence de ce qui me semble être une necessité. Alors, vous seriez clairement les rois de vos enfants.
Parce que moi je n ai cette chance là, et c etait deja un poid énorme au quotidien d'avoir des parents contre moi en toutes circonstances à 10 / 15 / 17 ans et encore jusqu''a y a 1 mois
Mais à l heure actuelle c est encore deux fois pire !

PS: Pour ce qui est des nausées elle sont arrivées dès le départ, mais a croire que le corps s'adaote, face a toute cette agitation je ne ressent plus aucun aucun symptome, sinon une belle douleur dans le bassin, une sciatique certaines et la colonne vertébrale tendu... le dos quoi. Sans parler du fait que si je comptait economiser sur la nourriture pendant ma grossesse je ne vais pouvoir m'y resoudre. J'ai tellement faim que même un hippopotame ne ferais l'affaire pour me rassasier. Moi qui mange habituellement très peu, je suis pourtant obligée maintenant de manger le plus equilibré possible. D'autent plus que j ai la phobie des kilos liée à un problemes d hypotyroidie ( apparement disparu miraculeusement depuis le debut de cette grossesse ) qui a fait de moi une psychorigide de la bouffe. A l'heure actuelle, rien qu'en mangeant equilibré, je suis à 1 mois, un gros bidou et + 5 kg. Je n'ai plus qu a prier pour que ca n augmente d avantage car au travail et meme en règle generale je risque d'avoir du mal a me trainer, sans parler que je ne veux prendre aucun risque de grossesse prématuré, ou autre souci, bêtement car poid trop important. Mais ce bébé est là. Aujourd'hui, je le sais, je le "sent". Je m'attendais a ce que mon corps change et je ne peux lui reprocher, il a besoin de place et de reserves de graisse ! Et je serais toute potelée dans 9 mois, et confortable pour le prendre dans mes bras, je n ai qu'a me dire ca. Savoir qu'il est là... je crois est ma plus grosse ressource. Je serais prête a soulever les montagnes. Pourvu qu'on ne ma parle plus jamais d'IVG.
Astragale63
Fraise de bronze
Fraise de bronze
Messages : 2022
Enregistré le : 16 sept. 2017, 07:51
Contact :

Pour les impots tu.es obligé de demander a ton père de tenlever? Tu peux pas juste le demander aux impôts sans rien dire?

L ivg doit être un choix. Ca veut dire que tu peux decider de le faire, Comme de ne pas le faire. Certains hommes ont du mql a comprendre ca. :rougedecolere: mais tres peu de couple ont resistes au fameux "avorte ou je te quitte". Ton père a priori tas pas vraiment de nouvelle donc ca le regarde pas. Par contre sil oerd 1/2 part sur ses impots ca va lui faire drôle niveau cotisation! (Cest fou ce qu'on paie en france!)

Par contre y a un truc que je pige pas. Pk ta mère te traite de "tueuse de bébé " alors que tu veux.le garder et quelle veut que tu avortes? Cest pas super logique :-(

Effectivement en France ma grossesse existe qu a partir du 3e mois. Avant tes pas enceinte aux yeux de la loi. Tas le droit a rien. Pourtant les 3 premiers sont les plus durs je trouve (je suis.malade+++). Et puis cest la que tout se joue pr l'embryon ! Une grossesse dure pourtanr 9 mois, pas 6! Ca aussi ca m'agace :marre:

Et ton copain dans tout ca ? Tu as lair plutot debrouillarde et autonome? Quest ce qui ta plus chez lui ?tu voulais materner?^^
Mariés depuis septembre 2016.

Bébé 1 : ma princesse est née le 9.9.2013
Bébé 2 : mon petit ange parti a 11SA+5 le 10.11.17
Bébé 3 : mon prince est né le 7.10.18
Avatar du membre
mimute
Top fraise
Top fraise
Messages : 643
Enregistré le : 08 mars 2013, 11:53
Contact :

Bonjour!!! :coucou:

Je suis travailleur social, j'exerce avec des jeunes de 16 à 30ans, célib, couples et familles, donc je peux te donner qqs orientations.
En tout cas, tu as l'air bien t'être bien renseignée déjà, c'est top!
Que ton copain, reconnaisse ou pas l'enfant, tu auras le droit à l'ASF. Sauf que si il le reconnait, il faudra que tu engage des démarches auprès du Juge aux Affaires Familiales, une requête en fixation de résidence et pension alimentaire. La CAF te versera l'ASF et se retournera contre lui pour être remboursé.
Et il me semble, qu'un père peut reconnaître son enfant à tout moment (mais à vérifier)
Une procédure au JAF te protège....

Pour les impôts, tu peux très bien attendre le mois de mai pour faire ta déclaration 2017 seule. Si tu déclare la pension que ton père te verse et que lui fait de même de son côté, il aura un abattement.
Et pour tes démarches actuelles, tu peux faire une déclaration sur l'honneur qui stipule que tu étais rattachée fiscalement à ton père, le centre des impôts peut, peut être même te fournir une copie de l'avis.

As-tu une mutuelle avec ton boulot?

Bon courage
Charles né le 27/05/2010
Gabin né le 03/09/2013

Mes deux petits bonhommes, je vous aime!!
Bonniblue
Top fraise
Top fraise
Messages : 374
Enregistré le : 15 avr. 2018, 08:06
Contact :

Je ne peux que te comprendre.
Mon mari n a jamais voulu de second enfant et quand c est arrivé par accident ça a été le combat. Idem IVG impossible pour moi, j étais prête à prendre mes clic et mes claques et à partir avec ma fille de 4 ans sous Le Bras.
Mais il a finalement accepté.

Tu as l air bien dans tes pompes mais fais toi aider car un bébé ce n est pas facile tous les jours.
12 SA + 3, 67mm, 150bpm, une fille?
22/05 13cm et 115gr
11/07 écho T2 28cm et 561gr
18/07 déjà 721gr!
13/8 28 sa 1245gr
17/09 33sa 2360gr
1/10 35sa 2900gr, macrosomie comme sa sœur née à 4,6kgs
12/10 36sa+3 3,7kg.cesarienne prévue le 2/11
Axelle est née le 2/11 a8h21, 4,4kg 53cm
Répondre

Retourner vers « Jeunes mamans »

  • Informations
  • Qui est en ligne

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités