Vous êtes ici

Les troubles de l'ovulation

les troubles de l'ovulation

Les troubles de l'ovulation touchent bien plus de femmes qu'on ne le pense. Ces troubles diffèrent selon la personne. Mais en tout cas, les troubles de l'ovulation ne riment pas forcément avec abandon d'un projet bébé. Aujourd'hui, ils se traitent à l'aide de médicaments adaptés ou de techniques de procréation médicale assistée.

Les troubles de l'ovulation : définition

Les troubles de l'ovulation sont pour 35% en cause dans les problèmes d'infertilité féminine. On parle de troubles de l'ovulation lorsque la femme ne réussit pas à produire d'ovocyte et donc à concevoir naturellement un enfant. Les troubles de l'ovulation se manifestent le plus souvent chez les femmes concernées par des cycles irréguliers ou par une absence de règles, appelée aussi aménorrhée.

Les troubles de l'ovulation : les causes les plus fréquentes

Les troubles de l'ovulation surviennent lorsqu'il y a un dysfonctionnement au niveau des ovaires ou lorsqu'il y a un dysfonctionnement au niveau du cerveau, empêchant la sécrétion des hormones féminines, FSH, LH et GnRH. Il peut aussi arriver que les ovaires ne réussissent pas à communiquer correctement avec le cerveau et inversement. On parle alors de dérèglement hormonal.
Autre cause des troubles de l'ovulation : une thyroïde qui fonctionne mal (hyperthyroïdie ou hypothyroïdie).

Enfin, un dysfonctionnement des ovaires peut aussi expliquer la survenue de troubles de l'ovulation : dysovulation, anovulation. En général, les femmes ayant les ovaires atrophiés suite à un traitement de chimiothérapie par exemple ou une anomalie chromosomique comme le syndrome de Turner souffrent d'anovulation par la suite. Des maladies rénales, hépatiques ou digestives mais également des troubles alimentaires (anorexie, prise de poids rapide) ou encore un diabète peuvent en outre être des causes des troubles de l'ovulation.

GnRH: hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires. Elle permet la production de la FSH et la LH
FSH: hormone folliculo-stimulante sécrétée par l'hypophyse. Cette hormone stimule la maturation des follicules présents dans les ovaires qui provoque l'ovulation
LH: hormone lutéinisante, elle intervient dans le déclenchement de l'ovulation

Les troubles de l'ovulation et le syndrome des ovaires polykystiques

syndrome des ovaires polykystiquesParmi les troubles de l'ovulation fréquents, on rencontre le syndrome des ovaires polykystiques. Il se traduit par une multitude de kystes autour de l'ovaire et entraîne une anovulation.
Acné, hyperpilosité, obésité en sont les signes principaux. Pour avoir toutes les chances de tomber enceinte malgré la présence d'ovaires polykystiques, il suffit souvent de perdre du poids et de prendre un traitement adapté à base d'inducteurs d'ovulation.

 


Les troubles de l'ovulation : leurs manifestations et leur traitement

Les troubles de l'ovulation sont donc soit des troubles de dysovulation soit des troubles d'anovulation

Qu'est-ce que la dysovulation

La dysovulation correspond à la production d'ovocytes de très mauvaise qualité. Une courbe dysovulatoire indique un trouble de l'ovulation

Qu'est-ce que l'anovulation

L'anovulation, elle, se traduit par l'absence d'ovulation. Dans les deux cas, il va s'agir de trouver des traitements inducteurs d'ovulation. 
Comprendre et reconnaitre une courbe de température anovulatoire

Le clomid et les gonadotrophines 

le clomid climofèneEn France, deux médicaments principaux sont donnés pour traiter les troubles de l'ovulation. Citons d'abord le citrate de clomifène ou clomid qui donne un taux de réussite de 70% au niveau d'une reprise de l'ovulation et une chance de tomber enceinte dans les 6 mois qui suivent le traitement de l'ordre de 35%. En cas d'échec avec le clomid, on passe aux gonadotrophines. Le taux de grossesse est alors de 20%. Autant de traitements qui ont pour objectif une stimulation ovarienne et qui présentent des résultats encourageants pour venir à bout des troubles de l'ovulation. Si aucun des deux malheureusement ne fonctionne, vous serez alors dirigée vers une technique de procréation médicale assistée (FIV, insémination artificielle, don d'ovocyte...).

Par enceinte.com

Mis à jour le 24 Décembre 2016