Vous êtes ici

Spina Bifida et grossesse

spina bifida et grossesse

Spina bifida et grossesse : un très mauvais ménage

Le spina bifida et la grossesse font en effet très mauvais ménage. Le spina bifida caractérise une malformation survenant au niveau du tube neural qui conduit à la moelle épinière et au système nerveux. Celui-ci ne se referme pas correctement et les vertèbres l'entourant ne parviennent pas à se souder pour constituer la colonne vertébrale. Spina bifida vient du latin qui signifie épine fendue en deux. Cette malformation conduit généralement à une interruption volontaire de grossesse, étant donné la gravité des conséquences sur la vie du bébé post accouchement.

Spina bifida et grossesse : des risques non négligeables

Les symptômes du spina bifida peuvent survenir déjà dans l'utérus pendant la grossesse, affectant notamment le bébé d'une grave paralysie. Pied bot, hanches disloquées, difficulté à s'allonger, autant de manifestations observées fréquemment chez les bébés atteints de spina bifida. Des cas d'hydrocéphalie peuvent également survenir, entrainant de lourds troubles intellectuels chez l'enfant. Les bébés qui souffrent de spina bifida sont davantage sujets aux méningites que les autres.

Minimiser le risque de spina bifida avant et pendant la grossesse

Ce qu'il faut savoir, c'est que les femmes présentant des cas de spina bifida dans leur entourage vont être rapidement prises en charge et surveillées.
On sait aussi que les personnes épileptiques ou prenant des médicaments contre l'épilepsie multiplient les facteurs de risque de développer un cas de spina bifida.
Le spina bifida peut être diagnostiqué au cours du premier trimestre de grossesse ou du deuxième trimestre de grossesse.

Il semblerait que le recours à l'acide folique (ou vitamine B9) empêche et protège du risque de contracter le spina bifida au cours de la grossesse.

La prise est de 0,4 mg par jour avant la grossesse et 0,1 mg au cours du premier trimestre. Sachez aussi qu'une alimentation saine, riche en fruits et légumes et surtout en folates (contenus notamment dans les épinards, les pois chiches, les noix et les châtaignes). Pour éviter tout risque de spina bifida, les médecins recommandent de faire la cure de folates 4 semaines avant la conception et 8 semaines après.

Et si jamais mon enfant contracte le spina bifida pendant ma grossesse ?

Si vous portez un bébé qui souffre de spina bifida, c'est à la naissance qu'il faudra agir par voie chirurgicale. L'opération va consister à refermer la peau et les méninges et bien sûr, à veiller à la protection de la moelle épinière. Plusieurs interventions médicales et une rééducation intense seront ensuite envisagées pour veiller au bon développement de l'enfant.

Et si je contracte le spina bifida au cours de ma grossesse ?

Les risques d'infection du rein sont nombreux lorsqu'on souffre du spina bifida. L'accouchement par voie naturelle peut être exclu si les sphincters présentent des troubles de fonctionnement ou si la femme présente des anomalies des hanches ou du bassin. On privilégiera alors une césarienne.

Bref, le spina bifida est une pathologie qu'il s'agit de prévenir afin de ne pas menacer le cours normal de la grossesse. Miser sur les folates reste la seule prévention efficace.

Par enceinte.com

Mis à jour le 10 Janvier 2017