Vous êtes ici

Le streptocoque B et la grossesse

Le streptocoque B est une bactérie que nous côtoyons très fréquemment et qui est pour la plupart du temps inoffensive.
Mais dans le cas de la grossesse, le streptocoque B peut devenir un hôte très dangereux et dont il faut à tout prix déceler la présence
pour éviter qu’il n’infecte Bébé, car celui-ci peut encourir de graves risques de santé pouvant parfois mener au décès.

Qu'est-ce que le streptocoque B?

Le streptocoque B – ou strep B –  est une bactérie qui vit littéralement avec nous puisque 15 à 40% de la population en est porteuse sans
qu’aucun problème particulier ne se pose, car les personnes colonisées ne présentent le plus souvent aucun symptôme.
La bactérie se retrouve ainsi dans la gorge, les intestins, la vessie ou encore le vagin sans se manifester, et peut également provoquer des infections urinaires et vaginales.
Le streptocoque B devient par contre problématique au moment de la grossesse à cause des risques de transmission entre la maman et son bébé, le taux d’infection de la maman colonisée non traitée à son fœtus étant de l’ordre de 50%, soit une chance sur deux de lui transmettre la bactérie. On estime par ailleurs qu’une femme enceinte sur 4 est porteuse du streptocoque B.

Quels sont les risques liés au streptocoque B ?

Le streptocoque B présente un risque très élevé pour le bébé car l’infection peut entraîner des complications graves voire fatales.
L’infection se révèle le plus souvent dans les 12 à 24 heures suivant l’accouchement, ce que l’on appelle une infection précoce,
mais peut également survenir dans les semaines suivant la naissance et qui est dans ce cas une infection tardive.
Le streptocoque B peut alors engendrer chez le nouveau-né une détresse respiratoire sous forme de grave pneumonie, ou provoquer une septicémie ou encore une méningite.
On estime ainsi que sur les 800 cas d’infections néonatales dues au streptocoque B relevés chaque année, la bactérie provoque
le décès de 8 à 16% des nourrissons infectés. Le strep B peut également être responsable d’accouchements
de bébés mort-néset d’accouchements prématurés, les nourrissons prématurés étant plus susceptibles d’être infectés que les bébés nés à terme.

Comment savoir si on est porteuse du streptocoque B et prévenir une transmission de l'infection à son bébé?

Pour prévenir les risques de transmission au bébé, les médecins pratiquent un dépistage entre la 35ème et la 37ème semaine de grossesse afin de savoir:
si la mère est porteuse de la bactérie et donc si elle présente un risque.
Si le diagnostic se révèle positif, le médecin prescrit un traitement à base d’antibiotiques, le plus souvent de la pénicilline par voie intraveineuse, au moment de l’accouchement (le moment le plus délicat où le nouveau-né risque d’être infecté).
Le traitement est généralement administré dès le début du travail ou lorsque la poche des eaux se rompt, et jusqu’à ce que l’accouchement soit terminé.
Le nourrisson reste alors sous observation après la naissance afin de s’assurer qu’aucun autre traitement n’est nécessaire.
L’administration d’antibiotiques pendant l’accouchement permet ainsi de limiter les risques de transmission qui passent de 1 sur 200 sans antibiotiques à 1 sur 4000 avec le traitement.
La césarienne ne constitue pas un moyen de limiter les risques d’infection puisqu’il arrive que des bébés soient infectés alors que leurs mamans n’accouchent pas par les voies naturelles.

Le traitement n’est pas non plus administré pendant la grossesse car cela ne servirait strictement à rien :
la bactérie peut aller et venir dans l’organisme à son gré, même après la prise d’antibiotiques.
À noter que les mamans porteuses du strep B qui n’ont pas infecté leur bébé peuvent allaiter sans aucun problème car il est impossible que la bactérie se transmette de cette façon

Quels sont les facteurs élévant le risque d'infection au streptocoque B ?

Plusieurs éléments peuvent favoriser une infection du nouveau-né : comme dit plus haut, les accouchements prématurés qui surviennent
avant la 37ème semaine de grossesse, mais également une rupture précoce de la poche des eaux avec ou sans travail –  car le fœtus n’est plus protégé dans sa « bulle » - ou encore de la fièvre survenant pendant le travail.
Les mamans ayant déjà eu un bébé infecté par le streptocoque B sont évidemment plus susceptibles de transmettre la bactérie à leur nouveau-né, auquel cas elles doivent absolument parler de leurs antécédents à leur médecin.

Quels sont  les symptômes d'un bébé infecté par le streptocoque B?

Dans les rares cas d’infection non décelée, un bébé infecté présente des symptômes pouvant faire penser à de nombreuses autre maladies courantes chez le nourrisson :
cela peut être de la fièvre, des difficultés à le nourrir, de l’irritabilité ou encore une léthargie (un bébé qui est anormalement calme, comme « assommé »). Si ces symptômes sont observés, il est important de consulter immédiatement son médecin qui, s’il s’agit su streptocoque B, il administrera au bébé un traitement par antibiotiques.

Existe- t-il un vaccin contre le streptocoque B ?

Eh bien non… et c’est pourquoi le streptocoque B fait l’objet d’une telle prévention, qu’il s’agisse des analyses afin d’établir une éventuelle positivité de la maman à la bactérie, ou bien de l’administration d’antibiotiques au moment de l’accouchement.
De nombreux chercheurs étudient la question et font régulièrement des avancées, mais aucun vaccin n’est encore au point.

Par enceinte.com