Vous êtes ici

L'insémination artificielle

Les couples connaissant des difficultés à concevoir un enfant peuvent se voir proposer différentes techniques d'assistance médicalisée à la procréation. Parmi elles figure l'insémination artificielle, à laquelle de nombreux couples ont recours.

Qu'est ce que l'insémination artificielle?

L'insémination artificielle consiste à déposer le sperme du conjoint (IAC) ou d'un donneur (IAD) dans l'utérus de la femme, afin de rapprocher les spermatozoïdes de l'ovule et faciliter ainsi leur rencontre. Souvent, cette manipulation est associée à une stimulation ovarienne pour augmenter les chances de réussite.

A qui est-ce destiné l'insémination artificielle?

Les médecins peuvent décider de procéder à une insémination lorsque l'un des deux conjoints présente des troubles de la fécondité. Chez les femmes, cela peut être des anomalies au niveau du col de l'utérus ou de la glaire cervicale, et chez l'homme une trop petite quantité de spermatozoïdes ou des problèmes liés à l'éjaculation. L'insémination est aussi proposée lorsque la stimulation ovarienne seule ne suffit pas.

Les couples désirant avoir recours à l'insémination artificielle doivent cependant remplir des conditions bien spécifiques, imposées par le Code de Santé Publique : les conjoints doivent être mariés ou vivre en concubinage depuis au moins deux ans, et être en âge de concevoir des enfants. Ils doivent aussi remplir un formulaire attestant de leur consentement à procéder à l'insémination artificielle.

Comment procède-t-on?

Tout d'abord, chacun des deux conjoints procède à des examens afin d'établir les causes de l'infécondité. Ensuite, les médecins s'intéressent au cycle de la femme : la plus grande partie du temps, même si le cycle est propice à l'ovulation, les médecins stimulent les ovaires avant de déclencher l'ovulation, ce qui permet de connaître précisemment le moment idéal pour introduire les spermatozoïdes. Ce petit "coup de pouce" au cycle est surveillé par une série d'échographies et des dosages hormonaux.

Environ trente-six heures après le déclenchement de l'ovulation, les médecins procèdent à l'insémination à l'aide d'un cathéter après avoir recueilli le sperme du conjoint le jour-même, et sélectionné les spermatozoïdes les plus aptes à provoquer une fécondation. L'insémination est un acte simple car il se fait par les voies naturelles. La patiente repart après être restée environ une demi-heure en position allongée, et n'a plus qu'à attendre et espérer faire partie des 10 à 15% des inséminations artificielles réussies.

Par enceinte.com