Vous êtes ici

Fausses couches

Désemparantes, les fausses couches sont très souvent mal vécues par les futurs parents. Pourtant, il importe de relativiser. En effet, près d'une grossesse sur cinq n'arrive pas à son terme, une grossesse sur trois si l'on compte celles inaperçues qui se traduisent par un simple retard de règles.

Les signes annonciateurs d'une fausse couche

Les symptômes ne sont pas les mêmes selon l'avancée de la grossesse. En cas de fausse couche survenant tôt, des saignements abondants et continus surviennent, parfois accompagnés de douleurs ou crampes. La disparition des signes de la grossesse, comme le dégonflement des seins, est aussi révélatrice.
 
En ce qui concerne les saignements, attention à ne pas s'affoler trop vite : des pertes sanguines légères et intermittentes ne signifient pas forcément une interruption de grossesse! Elles doivent néammoins vous amener à consulter votre médecin. Lui seul pourra en déterminer la cause.

Dans le cas d'une fausse couche survenant à un stade avancé de la grossesse (à partir du troisième ou quatrième mois), la fausse couche peut ressembler à un accouchement, avec des contractions régulières et douloureuses, accompagnées de saignements, et parfois d'un écoulement du liquide amniotique.

Les causes de fausse couche

La première cause de fausses couches est une anomalie chromosomique de l'embryon, dûe à un problème survenu lors de la conception, quand le spermatozoïde féconde l'ovule. L'organisme de la mère décide alors d'expulser l'embryon qui ne pourra se développer normalement.
Il peut également rejeter ce que l'on appelle un oeuf clair (oeuf qui, après fécondation, ne contient pas d'embryon).

Une seconde cause peut être une malformation cardiaque ou encore nerveuse du foetus.Ensuite, d'autres raisons peuvent être à l'origine d'interruptions de grossesse: une anomalie anatomique de la maman, telle une malformation de l'utérus, ou un problème lié à la muqueuse, empêchant la nidation. Ce sont souvent ces anomalies anatomiques qui sont à blâmer lors de fausses couches répétées. Une maladie de la maman (le diabète, par exemple) peut aussi provoquer les mêmes effets.

Enfin, les infections, entre autres du vagin, ou bien générales, provoquées par une grippe, par exemple, ainsi qu'une exposition à des substances toxiques (radiations, etc) peuvent aussi être responsables de fausses couches.Le tabac, l'alcool ou la drogue, ainsi qu'un problème de malnutrition font aussi partie des causes. Dans le cas d'un enfant mort-né, il peut s'agir d'une anomalie chromosomique que le corps n'a pas détecté avant, ou d'une asphyxie parfois causée par l'enroulement du cordon ombilical autour du cou.

Comment se passe une fausse-couche?

En ce qui concerne les fausses couches survenant tôt dans la grossesse, l'oeuf, ou ce que les médecins appellent le "produit de l'avortement", est naturellement expulsé. Cette expulsion est donc souvent accompagnée de saignements et de contractions plus ou moins douloureuses.

Ceci ne nécessite pas d'hospitalisation, sauf s'il y a une hémorragie importante. Si la fausse couche est découverte lors de l'échographie, le médecin peut décider soit de pratiquer une aspiration, soit d'attendre l'expulsion naturelle pour éviter l'hospitalisation.

Pour donner un coup de pouce, les médecins peuvent administrer dans le cas d'une mort foetale le RU 486, afin de déclencher le décollement de l'oeuf.Si l'échographie de contrôle (après l'avortement) révèle un reste d'oeuf dans l'utérus, les médecins pratiquent un curetage pour l'extraire.

L'impact psychologique d'une fausse couche

Il ne doit être négligé et varie selon le stade de grossesse auquel la fausse couche est survenue. Mais d'une manière générale, les parents, et plus particulièrement les femmes, qui ont connu cette expérience sont dans un état de profonde tristesse : la femme se dit très souvent qu'elle portait la vie en elle, et a du mal à accepter la disparition brutale de son bébé.

Des doutes concernant sa capacité et ses chances de devenir mère l'assaillent. Elle peut aussi en développer une certaine culpabilité. Le père, déjà affecté par la perte de son bébé, peut être encore d'autant plus attristé qu'il ne sait comment réconforter sa compagne.Pourtant, la fausse couche est médicalement considérée comme un accident, fréquent et isolé.

Pour aider les parents en détresse, beaucoup de services hospitaliers proposent une aide psychologique afin d'accepter cette expérience douloureuse mais surmontable.
Cet accompagnement permet aux parents de reprendre confiance.

Par enceinte.com